Le Sivom du Néron (Syndicat intercommunal à vocations multiples du Néron) est un Etablissement Public de Coopération Intercommunale, regroupant les communes de Fontanil-Cornillon, Mont-Saint-Martin, Proveyzieux, Quaix en Chartreuse, Saint-Egrève et Saint-Martin le Vinoux. Son champ d’action est limité au territoire des communes adhérentes.

Suite aux élections municipales de mars 2014, un nouveau comité syndical a été élu au Sivom du Néron. Ce sont des élections à suffrage indirect, les délégués sont élus par les conseils municipaux des 6 communes membres (Le Fontanil, Mont-Saint-Martin, Proveysieux, Quaix-en-Chartreuse, Saint-Egrève et Saint-Martin-le-Vinoux). Ces délégués forment le comité syndical, ils sont au nombre de 16 titulaires et 16 suppléants.

A leur tour les délégués élisent un bureau composé d’un président, de 3 vice-présidents et de deux autres membres.
Ce bureau syndical a pour mission de gérer l’administration générale du syndicat. Tous sont élus pour une durée de 6 ans.

Jean-Yves POIRIER a été réélu Président
Le 24 avril 2014, Jean-Yves Poirier a été réélu Président du Sivom du Néron pour un quatrième mandat, M Faure (Maire de Quaix en chartreuse), 1er Vice-président a pris en charge l’administration générale, financière et budgétaire pour l’ensemble des compétences du syndicat, la maison de l’emploi et de l’entreprise du Néron ainsi que le centre de planification. M. Eymery (conseiller municipal de Saint-Egrève), 2ème Vice-président, assure en sa qualité la réalisation et la gestion des équipements sportifs intercommunaux. Enfin, M. Calvo (conseiller municipal de Saint-Martin-le-Vinoux), 3ème Vice-président est délégué à la politique d’éducation sportive et la jeunesse. M. Villoud (Maire de Mont-Saint-Martin) et Mme Raffin (Maire de Proveysieux) ont été nommés délégués.

Jean-Yves POIRIER quitte la vie publique et passe le témoin à Pierre FAURE, Maire de Quaix en chartreuse, élu à la Présidence du Sivom du Néron le jeudi 30 juin 2016.

Discours de Pierre FAURE, maire de Quaix-en-Chartreuse

à l’occasion de son élection à la présidence du SIVOM du Néron

Jeudi 30 juin 2016

PIERRE FAURE

Je crois, Jean-Yves, que ce soir tu passes ton dernier témoin. Ta dernière transmission de mandat. Alors c’est avec une grande émotion que je m’engage dans ta succession. La barre est très haute, cher Jean-Yves car ton empreinte est forte, partout où tu as été aux affaires. En te succédant, je succède à une façon d’être, à une personnalité hors du commun et franchement, sur ce point personne ne pourra me contredire. Alors bien sûr je ne ferai pas du « Poirier », c’est juste impossible ! Mais je m’efforcerai de rester fidèle à la ligne de conduite que tu as tracée années après années.

Revenons sur les 21 dernières années pendant lesquelles tu as présidé le SIVOM.

Tu as été élu à 4 reprises à la Présidence du SIVOM du Néron, la première fois en septembre 1995, tu succédais à Yannick OLLIVIER. Ensuite, tu as été réélu en avril 2001, puis en avril 2008 et enfin en avril 2014.

De 1995 à 1998 tu conduis la réflexion et les discussions sur le devenir du SIVOM.

En 1999 le SIVOM prend de nouvelles Compétences
– La Maison de l’Emploi et de l’Entreprise,
– Le centre de Planification
– Une compétence sportive nouvelle

De 2000 à 2004 tu conduis avec une belle énergie « Les assises du Sport » marquées par l’organisation d’un Colloque et des tables rondes avec le mouvement sportif en mars 2003.

Tu organises les Rencontres du sport avec l’aide d’Alain Arvin-Berod alors Conseiller général et pas franchement de droite, on le voit, tu es un rassembleur et tu fédères aussi des personnalités du sport autour de ce projet comme :
– Gilles CHAPPAZ rédacteur en chef adjoint de l’Equipe Magazine,
– Colette AMBROISE- THOMAS vice-Présidente de l’Académie Olympique et membre du Conseil
Economique et Social de Rhône- Alpes,
– Bernard THEVENET, cycliste de renom, Anne FLORIET, médaillée d’or paralympique…et bien
d’autres encore.

Là encore tu as démontré ton engagement pour le sport mais surtout ton attachement à la dimension éducative du sport pour la jeunesse. C’est le début de la Réflexion sur une politique d’éducation sportive.

Tu as fait du SIVOM un vrai projet autour de l’éducation, la jeunesse, la mixité sociale pour notre bassin de vie. Tu es véritablement l’auteur de cette ligne conductrice qui constitue aujourd’hui le moteur de l’action du SIVOM.

En 2005 le SIVOM transfert ses compétences ordures ménagères et déchetterie à la Métro, c’est alors l’occasion d’harmoniser et de regrouper les compétences du Syndicat.

En 2007, l’action du Syndicat est unanime en direction du sport et nous amène à construire de nouveaux équipements sportifs à Saint-Martin-le-Vinoux.

Tu défendras l’intégration des communes de Mont-Saint-Martin, Proveyzieux et Quaix-en-Chartreuse dans les deux Vocations Sportives nouvellement créées et tu la rendras réalisable grâce à l’idée de leur participation financière forfaitaire.

Nous avons donc à reconnaître le « savoir-faire Poirier » et « sa marque de fabrique ». Tu as toujours opéré pour que les décisions soient prisent à l’unanimité dans un souci de cohésion et de bonne gouvernance.

L’intérêt général, au-delà des frontières communales, au-delà même des options politiques pour notre bassin de vie a toujours animé ton engagement.

Le verbe souvent direct, peu habitué à manier la langue de bois, tu auras marqué l’histoire du SIVOM par ton éloquence, ton charisme, ta pugnacité enthousiaste, ta foi en les hommes pour servir le plus grand nombre.

On se souvient également des voeux du syndicat en janvier 2011, au lycée professionnel, où tu prononces ton discours devant une BD murale de Garfield, laissant apparaître au-dessus de toi une bulle et une maxime du chat : « J’aimerais que tout le monde m’aime et m’admire ».
Cette maxime que la presse t’a associée, me permet de dire aujourd’hui que tu as forcé notre amitié et notre soutien pendant ce que tu as appelé « l’Annus Horribilis », la période où ta santé t’a joué de très mauvais tours.

Il serait trop long de reprendre ton « agenda 21 », je parle ici de tes 21 ans de Présidence, car ces années furent denses et riches, ponctuées d’éclats, de rires, de travail et d’engagement sans cesse renouvelés.

Je me fais donc le porte parole de nous tous ici présents pour te souhaiter le meilleur pour la suite, avec toute notre reconnaissance pour l’héritage que tu nous laisses.

Je prends donc ta succession dans des conditions très sereines. La situation financière du SIVOM est saine comme l’a pu démontrer l’analyse du compte administratif dernièrement voté, où tu as, pour la dernière fois, rendu compte d’une exécution comptable éclairée et transparente.

Aujourd’hui, chers collègues et amis, c’est un grand honneur pour moi de m’adresser à vous puisque vous venez de m’élire président du SIVOM du Néron. C’est un honneur teinté de fierté puisque c’est la première fois qu’un maire d’une petite commune accède à cette fonction, et à cet égard, je vous remercie tous très sincèrement de la confiance que vous me témoignez.

Comme je l’indiquais au début de mon propos je souhaite conduire ce syndicat, avec vous qui siégez dans cette assemblée, dans le même esprit positif qui nous a animé toutes ces années. Nous nous connaissons bien, et je sais que nous aurons à coeur de mettre en commun toutes nos énergies pour, notamment, mener à son terme notre projet phare : la construction de la nouvelle piscine intercommunale. Le maître d’oeuvre est choisi et ce projet s’engage désormais sur les rails. Toutefois un long chemin reste à parcourir. Notre tâche ne sera sans doute pas aisée mais je demeure confiant. Et, je serais particulièrement vigilant pour qu’il reste dans l’enveloppe budgétaire que nous nous sommes assignée. Nous serons résolument attachés à son aboutissement, en ayant le souci de l’intérêt général et le souci d’offrir un équipement de qualité adapté à notre territoire.

Vous l’aurez compris, je ne souhaite pas de bouleversements dans la gestion de notre intercommunalité, ce qui a été fait jusqu’à présent a été très bien fait. Les commissions existent, elles travaillent et jouent pleinement leur rôle, elles portent la voix des différentes communes qui les composent. Tout cela dans un esprit de cohésion, selon un schéma clair.

En 1995 j’ai débuté mon chemin politique comme adjoint au maire de Quaix en Chartreuse, Robert Mazard et j’étais déjà son suppléant au SIVOM. « Politique » est un bien grand mot pour justifier mon engagement au service des autres. Ce mot reste en effet pour moi dans son acception première c’est à dire la gestion de la cité pour ses habitants. Le bien public, l’intérêt général m’intéressent et me motivent beaucoup, beaucoup plus que les querelles de chapelles politiques.

En 2001 j’ai été élu maire et en 2008 1er Vice-président au SIVOM puis renouvelé en 2014.

Mes deux pairs politiques restent et resterons car je leur dois beaucoup :
– Robert Mazard, avec qui j’ai fait mes « classes » et qui ma demandé de lui succéder en 2001
– Jean-Yves Poirier qui me permet aujourd’hui d’assurer sa succession

Alors ce soir, permettez moi de les saluer tout particulièrement. A titre personnel, je les remercie très sincèrement de ce qu’ils m’ont apporté, des valeurs qu’ils m’ont transmises chacun à sa façon. Ils ont été des exemples et ils ont fait de moi ce que je suis dans cet espace public.

Je vous remercie de votre attention et de votre confiance.

Jean-Yves je te souhaite tous les bonheurs du monde puisque dès maintenant tu vas devenir un citoyen
très…« cosmopolite ».

PDF-Page_16-edition-de-l-agglomeration-au-vercors_20160701